FRANCE,  SURF,  TRAVEL

Surf Trip – Siouville

Samedi – Dimanche s’annonçaient magiques : « the place to be ».

Presque. Nous ne pouvions arriver que dimanche en fin de journée pour revenir lundi. Tout d’un coup, c’était moins féérique : beaucoup de pluie (traduction : grâce aux sangles du toit pour tenir les planches, il pleut DANS la voiture), le vent qui tourne, les marées pas si calées que ça… Mais rien ne pouvait nous démotiver, on avait enfin un créneau profitable.

Il est difficile de se dénicher du temps de nos jours. Entre fac, boulot, métro, révisions, cours particuliers, il devient compliqué de se trouver un vrai « week-end ». Tout ça en synchronisation totale avec ton copain qui bosse aussi évidement. On avait enfin 1 jour et demi (pas 2, j’insiste, très différent). La houle arrivait, le soleil devait être présent, les logements étaient encore libres.. c’était pour nous !

 

Direction Siouvile La Hague dans le Cotentin (3h de route).

Première étape, arrêt à l’airbnb. Ayant toujours aimé dormir chez l’habitant, je suis enthousiaste de découvrir une nouvelle maison, un nouveau « chez nous » pour une nuit. Une vraie gamine qui a envie de fouiller partout. Le manoir du Valciot est absolument magnifique. Il reste dans l’esprit un peu film d’horreur de la région, entre temps humide et murs en pierres (même dans la chambre), notre séjour pouvait commencer.

Pied dans le sable, c’est le moment d’extase face à mère nature qui nous envoie des lignes de houle absolument sublimes. On les attendait depuis tellement longtemps. Surfeur ou non, c’est magique à observer. La beauté de l’eau n’est pas accordée uniquement à ceux qui osent l’affronter. Et ouais, j’avais les chocottes. Il arrive d’avoir besoin de temps pour découvrir un nouveau milieu, c’était exactement mon cas.

Bon, on est tous différents.. Sans même avoir le temps de réfléchir, Kévin était déjà au line up. Il paraissait tellement petit par rapport à la taille de la vague. Même avec un bon objectif, difficile de le trouver sur le spot. La nuit commençait déjà à tomber… et un surfeur, ça mange beaucoup. Un bon burger au Baligan (que je recommande totalement si vous passez par là!) et il était l’heure de rêver des nouvelles ondes qui nous attendaient pour le  lendemain.

Le réveil fut difficile… merci à l’adorable insecte qui m’a littéralement « miné » le corps. Précisons que je suis allergique à toutes sortes de piqûre. Paix à son âme (au moustique, mon bras dégonfle doucement, merci). Ensuite, le chien qui vomit à mes pieds pendant le petit déjeuner, un autre vrai plaisir. Enfin bref! J’étais prête pour aller à l’eau!

Loin d’être une grande surfeuse, les mousses du bord m’ont déjà bien fait rire. Le large m’a ouvert ses portes deux fois. La première était sympa… La raclée de la seconde un peu moins. Petite pensée pour les leash de mes deux camarades de jeux. On prend tous des piqûres de rappel du danger de notre activité.

Il était l’heure de rentrer, un dernier tour à l’eau, un repas au réchaud, on remonte en voiture, un peu frustrés, et puis…  « Oh ça surf ce soir, à Pourville ! »

Direction Pourville sur mer pour une session longboard-sunset qui fait du bien.

 

Elle est trop MIGNONNE ! Malheureusement elle transportait un Stand up Paddle.

C’est cool quand le chien prend les photos.

 

 

On trinque au jus d’orange… oui bien sûr. #rhumpower

 

 

 

Surf - Skate - Urbex. 23 years old traveler from France.

One Comment

  • Cell.troop

    Excellent ! J’ai logé dans l’immeuble qui est derrière toi sur la photo pdt 4 mois et je n’ai jamais eu la chance de voir de ma houle rentrer à siouville :(. Et pourtant ça a l’air top !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *